forst-roger-litteraireblog4evercom

forst-roger-litteraireblog4evercom

UN MALAISE ALSACIEN

UN MALAISE ALSACIEN

 

                Je suis un Alsacien à qui on a volé la jeunesse par faute historique. La France a laissé choir l’Alsace deux fois de suite en un siècle. J’en fus victime par son second abandon en 1939. Ce qui me met la rage au cœur, ce n’est pas tant d’avoir été abandonné à l’ennemi, mais d’avoir été dépouillé de ma culture alsacienne par elle, à son retour. Elle a eu l’audace de retirer tous les acquis d’autonomie de gestion économique et culturelle à l’Alsace, après la dernière guerre, concernant la  Bourse, le Port du Rhin, la Radio, et dernièrement la Loge  de l’Œuvre Notre Dame. Quatre exemples hautement significatifs ! 

         La France a éradiqué le bilinguisme en Alsace et a étouffé son dialecte en plaçant des ressortissants de l’Intérieur à tous les niveaux administratifs et culturels sur son terroir. Elle a d’abord interdit le parler alsacien depuis l’enseignement du primaire jusqu’à son Université, puis elle a écarté l’allemand et l’alsacien qui était de droit et d’obligation à tous les niveaux administratifs et culturels avant la guerre, et ce depuis Louis XIV. Des générations d’Alsaciens se sont vues  privés de leur moyen d’expression.

                l’Alsace comptait d’éminents artistes compositeurs, écrivains, poètes, enseignants bilingues et dialectaux. La relève a été coupée par la France. Les auteurs écrivains, poètes alsaciens sont  refoulés aux portes des maisons d’éditions. Strasbourg, capitale d’Alsace, exhibant Gutenberg pour symbole, ville qui se veut de vertu européenne,  n’organise pas de « Salon d’auteurs écrivains alsaciens », porteurs de la culture alsacienne ! Les associations d’auteurs  et artistes d’Alsace ne sont pas soutenus par les instances régionales, dirigées par un gouvernement centraliste. Les médias d’information, presse et TV ne s’en occupent pas et ne répondent pas à leurs appels. Et s’ils le font, se sera l’envoi d’un  reporteur stagiaire, suivi pour résultat, de  quelques lignes ou quelques mots.

                   Depuis la libération française en 1945, à aujourd’hui, cela fait soixante huit ans. Dans ce long laps de temps, la France aurait pu remettre en place la structure nécessaire pour l’enseignement générale bilingue en Alsace et des cours de dialecte. Elle n’en a rien fait ! Elle laisse s’épuiser son dialecte qui est le support de sa culture. Laisser disparaître une langue, c’est faire disparaître une culture ! Enlever un dialecte, c’est appauvrir un pays ! Pour les jeunes générations d’Alsaciens, les priver d’un enseignement général bilingue et dialectal , c’est les priver de moyens de réussite dans leur recherche d’emplois tout autour de l’Alsace, en Suisse ou en Allemagne, voir même au niveau national .

                   Alors, il y a un appel pour une charte linguistique et qui n’aboutit pas ! C’est un réquisitoire judiciaire qu’il faudrait introduire, pour avoir enlevé à l’Alsace, tous les droits et privilèges qui lui étaient dus par la France, historiquement responsable, des misères et malheurs qu’elle avait à subir.



04/06/2014
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres